A noter !

Départ des promenades du coin de la rue de Ganay et du boulevard du Maréchal Lyautey à Milly le mercredi à 14 heures toute l'année et le lundi à 14 heures également, mais uniquement de mars à octobre (hors période de chasse).
Si nous en avons la possibilité, nous ferons du covoiturage pour varier les points de départ.
Attention : compte tenu de la chaleur, les promenades sont exceptionnellement à 9 h 30 jusqu'à fin août.



Pour nous contacter :
promenonsnousdans@gmail.com
Catherine Legendre : 06 11 20 15 05
Arlette Weber : 06 85 15 46 82

Si vous aussi avez des photos de la forêt de Fontainebleau (paysages, flore, faune) particulièrement jolies, drôles ou insolites que vous aimeriez partager, envoyez-les nous et nous les publierons pour que chacun-e puisse les admirer en cliquant ici

Au cours de nos promenades, nous avons essayé d'identifier la flore particulièrement riche que nous avons pu rencontrer. Retrouvez-la ici.

Et pour en savoir un peu plus sur ce qui se passe dans la forêt domaniale...

Promenade naturaliste à La Boulignière

Aujourd'hui, la promenade est guidée par Richard, naturaliste, qui va mettre des noms sur les plantes ou les papillons rencontrés lors de nos promenades ; départ, dans la chaleur, depuis le parking de la Boulignière

Il suffit de regarder, il y a des fleurs partout, on commence doucement par la "scrofulaire noueuse" et ses toutes petites fleurs pourpres :

Juste à côté, celui dont nous parlons souvent, le "faux-fraisier" ou "fraisier des indes", à ne pas confondre avec le fraisier des bois : le faux-fraisier a des fleurs jaunes et son fruit, (dressé au-dessus d'une collerette, contrairement à la vraie fraise qui pend) est blanc à l'intérieur et insipide :
Juste pour réviser nos comestibles, voici la fleur du sureau, délicieuse en infusion chaude ou froide :
              
A gauche, nous suivons le chemin de La Guichère, plutôt riche en découvertes :
                         

Brun foncé pour le mâle, plus clair pour femelle, sur les fleurs de ronce ou de chèvrefeuille, voici le Petit Sylvain :
                                         

                        

                                                                     


        
Renouée des oiseaux
 On dirait du jonc, mais très fin ... gagné, c'est du "jonc filiforme"
              
 Un peu partout, cette plante dont les fleurs mauves ne sont visiblement pas à l'origine du nom, il s'agit de la "brunelle commune"











Là, il faut se pencher sur cette fleur jaune qui, réflexion faite, nous rappelle quelque chose ... bien sûr ! c'est du millepertuis ! Mais ici, c'est le millepertuis couché

Sur les fleurs du roncier, un magnifique "citron" (le mâle est jaune vif, la femelle blanche)

Avec cette fleur délicate, ça ne peut être qu'une stellaire ... la "stellaire à feuilles de graminée"
            
Si être "tordu", voire "tortueux" est un défaut, ici, il sauve ce chêne qui n'intéressera aucun menuisier :
     
Semblable à un bouquet de mariée, la spirée filipendule :
                 
 Le cerfeuil penché n'a rien à voir avec le cerfeuil cultivé : à ne pas consommer !
                                     


Ces fougères -toxiques à la consommation- sont des fougères aigles. On les reconnaît assez facilement, grandes, une seule tige, et surtout, au revers, pas de spore, cette fougère se reproduit par rhizome. Et dessus, ce papillon, c'est "Robert Le Diable" (je n'invente rien !)
                             


Bourdaine







Sur la bourdaine, on retrouve un Petit Sylvain

A droite, le sentier nous ramène sur le chemin de Rumont ; au passage, de magnifiques épiaires des bois :
Calament acinos, plante aromatique


 Jaune éclatant, le sédum âcre, plus discret, le sédum blanc
A droite, le chemin de Rumont nous ramène vers la Boulignière

Promesse de fleur : l'épipactis, une orchidée
Ancolie
Timide au début, puis posant de droite et de gauche, l'apodère du noisetier

Le nez en l'air, nous écoutons le pouillot siffleur (son sifflement rappelle le bruit d'une bille rebondissant sur du carrelage), le pouillot véloce (avec ses deux notes finales en point d'interrogation), la mésange nonnette (surnommée mésange "bisous" en raison de son chant) ... Dommage que les photos ne puissent être sonorisées !
                    

                                  


Caché dans les herbes, un muscari à toupet :
                                                 


                       
Pour terminer cette promenade, l'épine-vinette, plante toxique mais dont les baies font de délicieux sirops ou gelées, à condition de s'armer de patience !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire